SFSIC

Flux RSS de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication

0 | ... | 1700 | 1710 | 1720 | 1730 | 1740 | 1750 | 1760 | 1770 | 1780 | ... | 1830

AAC - European Film Cultures

European Film Cultures: An International Conference
8-9 November 2013, Lund University, Sweden
ECREA Film Studies Section Interim Conference

The study of film as culture and of film cultures has been an expanding area of study in recent years. The aim of this two-day conference is to focus on the most recent developments and discuss different ways of analyzing film in cultural contexts, as well as film as a cultural product, with the aim to debate how different methodologies and perspectives can inspire each other in productive ways.

The European film industry is currently undergoing profound transformations on account of important economic, technological and cultural reasons. The internationalization of markets, the impact of the digital revolution, the repositioning of Europe on the global scene are some of the factors that currently impact on ideas and practices of European cinema.
The centrality of film to European cultures is both reaffirmed today and challenged by these radical changes. Thinking of film as culture and as a cultural product is essential to our understanding of the evolution of European cinemas within both industrial and creative contexts, and to an assessment of their role in and contribution to our societies. The conference is in dialogue with, and aims to contribute to, recent scholarship that focuses on cinema's participation in a network of relationships that connect cultural practices and economic realities, technological innovation and industrial production, policy and creativity.

Confirmed keynote speakers:
Professor Daniel Biltereyst, Centre for Cinema and Media Studies, Ghent University, Belgium. Provisional title: Multiple audiences: Revisiting historical film reception.
Professor Paul McDonald, Chair in Creative Industries, Department of Culture, Film and Media, University of Nottingham, UK
Provisional title: Reflections on the 'industry turn' in Film Studies.

We welcome papers on:

o   film production as a creative industry

o   evolving cultural practices and technologies of film distribution and consumption

o   film as culture, cultural functions of film

o   film festival studies

o   film culture and celebrity culture

o   national and transnational film cultures

o   European film culture in a global perspective

o   national and transnational film genres

o   private and amateur film cultures, as well as documentary and avant-garde

o   history of film culture

o   film as media event, film and the tourist industry

o   film audiences and the social experience of cinema-going

o   film between art and popular culture

o   film and fan culture

o   digital and online film cultures


We welcome proposals either as open call or as a part of a pre-constituted panel. Abstract submission deadline is 31 May 2013, and notification will follow shortly thereafter (around 30 June 2013). You do not have to be a member of ECREA to participate in the conference. Please submit your proposal to
kannik@ruc.dk, Helle Kannik Haastrup Associate Professor, Roskilde University, Denmark.

Proposals should include title, abstract (max 150 words), 3-5 key bibliographical references, name of the presenter and institutional affiliation. Panel organizers are asked to submit panel proposals including a panel title, a short description of the panel and information on all the papers as listed above. Panels may consist of 3-4 speakers with a maximum of 20 minutes speaking time each. When you write your proposal, please remember that the conference language is English.           

The conference will be held at the Centre for Languages and Literature at Lund University, Sweden. Lund is among the oldest cities in Sweden, and can easily be reached via the airports in Copenhagen and Malmö. Further information on travel and accommodation will be given by the time papers are accepted.

A conference fee of 450 SEK/50 EURO will include lunch, administration and a small reception. Participants will have to cover their own expenses for travel, accommodation and dinner.

The conference is organized by the ECREA film studies section. You are welcome to contact us for further information:
Helle Kannik Haastrup, Roskilde University, Denmark: kannik@ruc.dk.
Anders Marklund, Lund University, Sweden: anders.marklund@litt.lu.se.
Laura Rascaroli, University College Cork, Ireland: L.Rascaroli@ucc.ie.

More information on ECREA film studies section on: http://www.ecrea.eu/divisions/section/id/6

Article mis en ligne le 28 février 2013
AAA - Ritualités numériques

Appel à publication pour un numéro de
Les Cahiers du Numérique
http://lcn.revuesonline.com
Ritualités numériques

sous la direction de Pascal LARDELLIER
Date limite de soumission : 30/06/2013

icon AAC Ritnum (97.73 KB 2013-02-28 14:37:31)

OBJECTIF
De prime abord, on pourrait considérer que tout oppose la sphère rituelle et les nouveaux univers numériques, et qu’il y a là deux mondes inconciliables. D’un côté, les traditions, le formalisme et l’ordre institué, l’architecture symbolique et la théâtralité tous inhérents à la ritualité ; de l’autre, une nébuleuse technologique « hyper‐moderne » et en perpétuelle évolution, synonyme de mobilité et de nomadisme, sur fond de connectivité accrue. De même, on discerne sans peine deux temporalités aux antipodes, avec d’une part celle lente et cérémonieuse des rites, et de l’autre l’instantanéité caractérisant les univers numériques.
Mais à y bien regarder, il y a entre la ritualité et les Technologies Numériques d’Information et de Communication de nombreux points de convergence, d’évidentes passerelles, et des « hybridations », aussi, qui permettent de voir émerger des pratiques sociales nouvelles. L’actuelle « Twittisation » que subit la cérémonialité politique nous semble révélatrice de ceci. Une culture numérique a émergé dans les réseaux numériques, avec ses langages, ses codes et ses rythmes, qui pourraient être considérés comme rituels. De même, les réseaux sociaux et les sites de rencontres produisent des relations qui se fondent sur une résille de nouveaux rites, moins incidents qu’ils n’y paraissent. D’aveu d’Internautes, la violence des relations numérisées, quand elle s’exprime, provient précisément de l’absence de rites. Et quand « la greffe prend », selon les témoignages, c’est que la relation se ritualise, et exporte vers le Net des rites de la vraie vie.
La ritualité, comme principe, et les rites, comme expressions concrètes de la pensée symbolique, constituent l’un des objets de prédilection de l’anthropologie. Georges Balandier, dans Le Grand Système proposait dès 2001 « d’investir les univers virtuels avec les méthodes et les concepts de l’anthropologie », précisément ce à quoi souhaite inviter le thème de ce numéro des Cahiers du numérique.
Lire les phénomènes et les tendances numériques, analyser les relations émergeant du Net avec un cadre théorique et une grille d’analyse anthropologique (ou socio‐anthropologique), mettre au jour la dimension symbolique des phénomènes communautaires « en ligne », percevoir la ritualisation des mises en scène de soi online, telles sont les attentes auxquelles les auteurs des articles originaux proposés dans le cadre de ce numéro devront répondre.
Les dimensions tour à tour « macro » et « micro » des thèmes traités, ainsi que des lectures d’inspiration psychologique ou psychanalytique pourront être abordées sans restriction, dans une perspective et selon un mode de problématisation communicationnels dans l’esprit.

Axes de propositions possibles (liste non exhaustive)
‐ Réflexions sur les termes anthropologiques de la « culture numérique »
‐ Mythes fondateurs de la cyberculture, et leurs expressions ritualisées
‐ Rites entourant les produits technologiques dits « cultes »
‐ Rites d’interaction et analyses d’inspiration goffmanienne des interactions numérisées
‐ Phénomènes de don et contre‐don dans les réseaux, processus d’économie symbolique
‐ Termes symboliques de la constitution des « communautés virtuelles »
‐ Rites de passage et d’intégration dans les jeux en réseaux
‐ Articulation mythes et rites numériques
‐ Réflexion épistémologique sur l’articulation entre ritualité et numérique
‐ Rites de la « vraie vie » trouvant des prolongements ou des adaptations numériques
‐ Ritualités amoureuses et sexuelles sur le Net
‐ Rites personnels et interpersonnels de la téléphonie mobile
‐ Formes, expressions et figures du sacré et TIC
‐ Ritualisation ou compulsion dans la relation entretenue aux TIC

Article mis en ligne le 28 février 2013
AAC - Communicating Soft Power

Communicating Soft Power:
Contrasting Perspectives from India and China

Date: 9 and 10 September 2013
Venue: University of Westminster, 35 Marylebone Road, London, NW1 5LS

Organized by the India Media Centre and the China Media Centre of the Communication and Media Research Institute (CAMRI) of the University of Westminster, London

icon Communicating Soft Power (196 KB 2013-02-27 11:57:55)

The notion of soft power, associated with the work of Harvard political scientist Joseph Nye, is defined as ‘the ability to attract people to our side without coercion’. Nye’s concept, whose focus is primarily on the United States, has been adopted or adapted by countries around the world. It has generated much debate about the capacity of nations to make themselves attractive in a globalizing marketplace for ideas and images.

DEADLINE FOR ABSTRACTS

The deadline for abstracts is Friday 17 May 2013.  The abstracts will be peer reviewed and successful submissions will be notified mid June. These should be between 200-350 words and must include the presenter’s name, institutional affiliation, email and postal address, together with the title of the paper and a brief biographical note. Please send abstracts to Helen Cohen, Events Administrator at journalism@westminster.ac.uk

For any academic-related inquiries please contact the conference organizer Professor Daya Thussu, at D.K.Thussu@westminster.ac.uk   

A selection of the best papers will be published in an edited book and in a special themed issue of a peer reviewed international journal.

Article mis en ligne le 28 février 2013
FORMATIONS SIC EN ALTERNANCE - 21 mars Paris

Facteur d’insertion professionnelle plus rapide et dispositif pédagogique favorisant l’accès aux études supérieures des étudiants issus des classes sociales habituellement sous-représentées à l’Université, la formation en alternance est fortement encouragée à se développer dans l’enseignement supérieur. L’objectif affiché est de former un étudiant sur six en alternance à l’horizon 2020 (contre 7% actuellement).

Les modalités de contractualisation avec les organisations d’accueil des alternants (apprentis ou en contrat de professionnalisation) ainsi que les démarches préparatoires à l’ouverture d’une formation en alternance sont complexes. Elles nécessitent une bonne connaissance des différents acteurs impliqués : organismes régionaux de financement, CFA, etc. Certains responsables de formation ont franchi le pas et peuvent partager leur expérience et apporter leur soutien à des projets d’alternance !
Objectifs :
La commission Formation de la SFSIC souhaite donner à la communauté pédagogique en information-communication l’opportunité de partager des réflexions et expériences dans la mise en oeuvre de formations en alternance.

Une demie-journée de réflexion et de partage d’expérience est organisée par la commission Formation de la SFSIC le 21 mars 2013 pour :

  • identifier les offres de formation universitaire ouvertes en alternance, ainsi que leurs responsables pédagogiques ;
  • mettre en commun les réflexions préalables au développement de formations en alternance : quels enjeux pour la composante, quels publics, quels résultats ?
  • favoriser la mise en commun des ressources pour l’ingénierie administrative et pédagogique : choix du contrat (professionnalisation ou apprentissage) démarches auprès des CFA, dossier administratif, organisation pratique (choix du pas d’alternance, suivi des alternants).


Horaire : 13h30-17h30  /  Lieu : Paris - ISCC : Institut des sciences de la communication du CNRS : 20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris (Métro Gobelins, ligne 7).

Programme prévisionnel :

- 13h30-14h30 : présentation des modalités de la formation en alternance (François Albinet ou Fatiha Pecome du CFA Com’ Paris)
- 14h30-16h : présentation des dispositifs adoptés par responsables de formation ouverte en alternance et représentatifs des différents niveaux et systèmes.

  • Licence professionnelle portée par un IUT  : Adrian Staii, Univ. Grenoble ; Isabelle Coussserand-Blin ( Univ. Bordeaux 3)
  • Licence professionnelle et Master portés par un UFR : David Douyère, Univ. Paris 13
  • Master 1 et 2 universitaires (M2 ouvert en 2012 en alternance pour les contrats de professionnalisation , sera ouvert aux contrats en apprentissage en 2013-14) : Sylvie Parrini-Alemanno,  Univ.Nice
  • Master 2 universitaire : Maud Pélissier, Univ.Toulon ;  Jean-Jacques Boutaud, Univ.Dijon


16H-17h00 : Questions-Réponses & échanges avec les intervenants.
17h-17h30 : Synthèse et bilan des attentes et solutions pour le partage des ressources. 


Tous les responsables de formation en alternance qui souhaiteraient participer à ces échanges et apporter des éléments d’informations sont vivement encouragés à se joindre à cette manifestation. 


Public attendu : Tous les enseignants-chercheurs, PAST, responsables pédagogiques intéressés par les dispositifs d’alternance en SIC. Manifestation ouverte gratuitement à tous les adhérents SFSIC.

Merci de bien vouloir signaler votre inscription auprès de Valérie Lépine ou Marie-Michèle Venturini (Commission Formation SFSIC).

Contact :  valerie.lepine@iut2.upmf-grenoble.fr ou venturinimm@gmail.com

 

 

Article mis en ligne le 19 février 2013
LES FORMATIONS EN ALTERNANCE EN SIC

Partageons nos expériences le 21 mars 2013 (13h30-17h30 à l’ISCC Paris)

 

« Le Président de la République a fait de la jeunesse la priorité du quinquennat. L’éducation en sera le premier pilier. La réussite étudiante, c'est l'élévation du niveau de qualification de notre population : l'objectif est fixé, nous devons atteindre 50 % de diplômés du supérieur dans chaque classe d'âge. (…) Nous avons déjà prévu d’affecter 1 000 nouveaux emplois par an pendant 5 ans à l'encadrement et à la réussite des étudiants. (…) Nous travaillons aussi à l’innovation pédagogique en développant l’alternance, en favorisant l’interdisciplinarité et en mettant en place un plan ambitieux pour le numérique ». Geneviève Fioraso, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, discours du 26 nov 2012.

 

Facteur d’insertion professionnelle plus rapide et dispositif pédagogique favorisant l’accès aux études supérieures des étudiants issus des classes sociales habituellement sous-représentées à l’Université, la formation en alternance est fortement encouragée à se développer dans l’enseignement supérieur. L’objectif affiché est de former un étudiant sur six en alternance à l’horizon 2020 (contre 7% actuellement).

Les modalités de contractualisation avec les organisations d’accueil des alternants (apprentis ou en contrat de professionnalisation) ainsi que les démarches préparatoires à l’ouverture d’une formation en alternance sont complexes. Elles nécessitent une bonne connaissance des différents acteurs impliqués : organismes régionaux de financement, CFA, etc. Certains responsables de formation ont franchi le pas et peuvent partager leur expérience et apporter leur soutien à des projets d’alternance !


Objectifs :


La commission Formation de la SFSIC souhaite donner à la communauté pédagogique en information-communication l’opportunité de partager des réflexions et expériences dans la mise en oeuvre de formations en alternance.


Une demie-journée de réflexion et de partage d’expérience est organisée par la commission Formation de la SFSIC le 21 mars 2013 pour :


  • identifier les offres de formation universitaire ouvertes en alternance, ainsi que leurs responsables pédagogiques ;

  • mettre en commun les réflexions préalables au développement de formations en alternance : quels enjeux pour la composante, quels publics, quels résultats ?

  • favoriser la mise en commun des ressources pour l’ingénierie administrative et pédagogique : choix du contrat (professionnalisation ou apprentissage) démarches auprès des CFA, dossier administratif, organisation pratique (choix du pas d’alternance, suivi des alternants).


Horaire : 13h30-17h30  /  Lieu : Paris - ISCC : Institut des sciences de la communication du CNRS : 20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris (Métro Gobelins, ligne 7).


Programme prévisionnel :


- 13h30-14h30 : présentation des modalités de la formation en alternance (François Albinet ou Fatiha Pecome du CFA Com’ Paris)


- 14h30-16h : présentation des dispositifs adoptés par responsables de formation ouverte en alternance et représentatifs des différents niveaux et systèmes.


  • Licence professionnelle portée par un IUT  : Adrian Staii, Univ. Grenoble

  • Licence professionnelle et Master portés par un UFR : David Douyère, Univ. Paris 13

  • Master 1 et 2 universitaires (M2 ouvert en 2012 en alternance pour les contrats de professionnalisation , sera ouvert aux contrats en apprentissage en 2013-14) : Sylvie Parrini-Alemanno,  Univ.Nice

  • Master 2 universitaire : Maud Pélissier, Univ.Toulon ;  Jean-Jacques Boutaud, Univ.Dijon


16H-17h00 : Questions-Réponses & échanges avec les intervenants.


17h-17h30 : Synthèse et bilan des attentes et solutions pour le partage des ressources.


Tous les responsables de formation en alternance qui souhaiteraient participer à ces échanges et apporter des éléments d’informations sont vivement encouragés à se joindre à cette manifestation.


Public attendu : Tous les enseignants-chercheurs, PAST, responsables pédagogiques intéressés par les dispositifs d’alternance en SIC.

Manifestation ouverte gratuitement à tous les adhérents SFSIC.

Merci de bien vouloir signaler votre inscription auprès de Valérie Lépine ou Marie-Michèle Venturini (Commission Formation SFSIC).

Contact :  valerie.lepine@iut2.upmf-grenoble.fr ou venturinimm@gmail.com

 

 

Article mis en ligne le 13 février 2013
AAC-Formes et enjeux contemporains de la communication et de la culture scientifiques et techniques

Colloque international Formes et enjeux contemporains de la communication et de la culture scientifiques et techniques

28-29 novembre 2013 Institut de la communication et des médias (Université Stendhal – Grenoble 3)

Organisé par le Gresec (Université Stendhal Grenoble 3 - EA 608) en partenariat avec Elico (Université Lyon 2 - EA 4147) et le Centre Norbert Elias (CRNS-EHESS Marseille UMR 8562)

Ce colloque sera, près de dix ans après le colloque « La publicisation de la science » et la publication de l’ouvrage (La publicisation de la science. Exposer, communiquer, débattre, publier, vulgariser, sous la direction d’Isabelle Pailliart, PUG, 2005), l’occasion de produire des analyses sur les mutations et sur les innovations dans ce domaine. Son orientation prend acte du développement de certains processus constatés déjà en 2005 : importance croissante des stratégies de communication des organisations scientifiques, renforcement des liens entre pouvoirs locaux, entreprises et centres de recherche, expansion des technologies d’information et de communication  ainsi que des pratiques sociales qui leur sont liées, développement de formes délibératives et participatives. Il se donne ainsi pour objet de traiter ensemble des questions qui relèvent spécifiquement du champ de la communication et de l’information scientifiques (expression scientifique, controverses, pratiques journalistiques, etc.) et des questions qui relèvent de la mise en public de la science et de ses enjeux sociétaux.

Les contributions  attendues  prendront soin de s’appuyer autant sur un cadrage théorique que sur des données de terrain. Elles porteront sur les modalités d’expression, de circulation, de diffusion, de réception et d’appropriation des sciences, des savoirs et des techniques en lien avec les reconfigurations de la sphère publique contemporaine (comment qualifier ces processus de transformation ? Quelles sont les significations produites -normes, langages, valeurs- dans et par ces processus ? ) ; sur les transformations du champ scientifique dans sa dimension institutionnelle  et l’inscription de la science dans le fonctionnement des organisations politiques et économiques ; enfin, sur l’émergence des controverses scientifiques, la circulation des faits et des discours scientifiques dans la société, les représentations des techniques et de leurs usages, le rôle et les acteurs de la médiation culturelle des sciences.

Les propositions de communications doivent s’insérer dans une ou deux des quatre thématiques suivantes :

1 Modalités d’expressions de la science et nouvelles techniques numériques.

Les modalités d’expressions des sciences recouvrent des dimensions très variées comme le montre la diversité des  médias et des dispositifs numériques. Mis en œuvre par des chercheurs, par des journalistes ou par des chargés de communication, les supports d’expression individuelle, collective ou institutionnelle s’inscrivent dans des stratégies multiples dont il s’agit d’analyser les principales caractéristiques ainsi que l’inscription dans des tendances dominantes : discussion scientifique, interpellation citoyenne, vulgarisation, relations publiques etc.

2. Continuités et mutations dans les compétences, les métiers et les pratiques professionnelles.

Consacrée aux mutations professionnelles, cette thématique traitera des métiers et des pratiques du secteur du journalisme, de la communication et de la médiation dans le domaine scientifique, dans leurs modalités traditionnelles et actuelles, et aux multiples facteurs qui permettent d’en décrire les mutations. Quels sont les pratiques, les enjeux, les modes de structuration et éventuellement de restructuration de ces métiers ?

3. Scénographies contemporaines des sciences et des techniques

La notion de scénographie est à entendre au sens large, c'est-à-dire, au-delà des arts scéniques, l’ensemble des dispositifs artistiques et culturels destinés à mettre en public des savoirs, des innovations  techniques, des questions sociétales posées par les avancées de la science et leurs applications, en vue d’une médiatisation et d’une médiation culturelle des sciences. Les communications concerneront l’ensemble des domaines culturels et artistiques : musées, centres de culture scientifique, galeries scientifiques, show room, espaces professionnels de présentation des techniques et des productions industrielles réalisations audiovisuelles, arts plastiques et arts performatifs.

4.  Sciences et territoires : articulations entre politiques scientifiques, politiques territoriales et émergence de questions sociétales.

Les communications qui s’inscriront dans ce thème porteront sur les politiques scientifiques, les politiques de culture scientifique et les enjeux du développement urbain et territorial. Elles s’attacheront aux pratiques de regroupement des organisations scientifiques, aux formes locales d’interpellation et à la localisation des questions sociétales liées aux sciences et aux technologies, au rôle des pouvoirs locaux dans les politiques scientifiques

Comités scientifique et d'organisation

La composition des comités scientifiques et d'organisation sera prochainement publiée sur le site du Gresec http://gresec.u-grenoble3.fr/

 

Propositions de communication

Les propositions de communication (résumés), de 5000 signes maximum, mentionneront le ou les thèmes privilégiés. En format .doc ou .rtf, elles devront comporter un titre, la mention de la thématique privilégiée, cinq mots-clés, cinq références bibliographiques relatives au sujet proposé, au moins une référence bibliographique de l’auteur en lien avec la thématique du colloque, le nom et les coordonnées de l’auteur (statut et organisme, adresse électronique, numéro de téléphone).

Date limite d’envoi : 15 mai 2013.

 

Textes des communications retenues

Les textes des communications (30 000 signes maximum), devront être impérativement  envoyés avant le colloque. Date limite d’envoi : 8 novembre 2013.

Les propositions de communication sont à adresser à Marie-Christine Bordeaux et Dominique Cartellier (Gresec), responsables scientifiques :

mc.bordeaux@wanadoo.fr

Dominique.Cartellier@iut2.upmf-grenoble.fr

Une sélection des textes des communications sera publiée dans un dossier de la revue Les Enjeux de l’information et  de la communication. http://www.u-grenoble3.fr/les_enjeux/

 

Calendrier

 

15 mai

date limite de réception des résumés

16 septembre

notification des communications retenues

21 octobre

diffusion du programme définitif

8 novembre

date limite de réception des textes des communications

28-29 novembre

colloque

Article mis en ligne le 13 février 2013
Parution - Revue Documentaliste - Sciences de l’info

Numéro 4/2012 « Documentaliste – Sciences de l’information »

Au cœur de ce nouveau numéro, vous trouverez un dossier intitulé « Information et terrritoires : enjeux, stratégies, dispositifs et acteurs », réalisé sous la direction d'Adriana Lopez Uroz, responsable du centre de ressources documentaires en info-doc, INTD-CNAM.
Le territoire, un fabuleux terrain d'expérimentation pour l'information ! Information sur le territoire, information au sein d'un territoire, les deux angles choisis par Adriana Lopez Uroz ont permis de présenter une très grande variété d'initiatives. À travers les différentes contributions qui le composent, ce dossier souhaite mettre en lumière des projets où l’information est au service du territoire, un territoire qui replace l’être humain au cœur du dispositif. Mais il souligne également les défis à relever, particulièrement dans l’univers des collectivités territoriales qui illustre à lui seul l’ensemble des problématiques informationnelles et documentaires qui se posent à la société dans son ensemble.

Outre les rubriques habituelles, vous pourrez y lire également une étude de Stefan du Château, Danielle Boulanger et Eunika Mercier-Laurent intitulée "Approche interdisciplinaire du management des connaissances en patrimoine culturel".

Vous trouverez le sommaire de ce numéro et toutes autres informations sur le site de l’ADBS à l’adresse
http://www.adbs.fr/revue-docsi-volume-49-n-4-decembre-2012-dossier-information-et-territoires-enjeux-strategies-dispositifs-et-acteurs-124800.htm

Nous vous rappelons que nos abonnés ont accès à la version pdf de la revue sur le site de l’Adbs ( www.adbs.fr/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-75413.htm?RH=REVUE&RF=REVUE ). Pour les non-abonnés, plusieurs solutions sont proposées : achat au numéro sur le site de l’Adbs ( www.adbs.fr/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-acquerir-un-numero-44024.htm?RH=REVUE ) ou sur le portail Cairn.info ( www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information.htm) ; acquisition des articles en pay per view sur Cairn.info (au format pdf ou html).

Article mis en ligne le 12 février 2013
Parution - Questions de communication 22

Questions de communication 22 | 2012

Patrimonialiser les musiques populaires et actuelles

Dossier coordonné et présenté par Philippe Le Guern

Pour cette nouvelle livraison de Questions de communication, Philippe Le Guern coordonne et présente un dossier exposant sa curiosité pour ce qu’il voit comme un phénomène d’expansion et d’inflation de l’activité patrimonialisante dans le champ des musiques actuelles, et plus généralement de saturation du présent par l’évocation de la mémoire. Comme auditeur et musicien, il s’interroge sur le diagnostic que pose Simon Reynolds sur notre époque, qualifiée de rétromaniaque. Et comme observateur des technologies numériques dans leur dimension anthropologique, le chercheur regarde avec intérêt la façon dont le passage du régime d’archivage analogique au régime numérique transforme en profondeur notre conception même de la mémoire.

Cette livraison rassemble sept contributions et une question commune circule de l’une à l’autre : comment penser les politiques de la patrimonialisation, c’est-à-dire, d’une manière ou d’une autre, ce que Jacques Derrida appelle le « pouvoir sur le document, sa détention, sa rétention ou son interprétation » mais aussi « le désir de mémoire ».

Pour commander : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100545070

Pour en savoir plus : questionsdecommunication.revues.org

L'introduction du dossier, les notes de lecture, la composition du comité de lecture et la liste des livres reçus sont librement accessibles en texte intégral.

Lire la suite...

Article mis en ligne le 12 février 2013
Parution - Communication et développement territorial Maghreb

Communication et développement territorial en zones fragiles au Maghreb

Sous la direction de Pierre Morelli et Mongi Sghaïer

dans la collection Communication et civilisation

Paris, L'Harmattan, 2012, 274 p. / Prix : 29 €


Cet ouvrage questionne le lien entre communication publique et développement territorial dans certaines zones fragiles et menacées du Maghreb. Il clôt la première phase du programme de recherche franco-maghrébin LOTH (Langages, objets, territoires et hospitalités) né en 2006 d'une collaboration entre le Centre de recherche sur les médiations (CREM EA 3476, université de Lorraine - Metz) et le Laboratoire d'économie et sociétés rurales de l'Institut des régions arides (LESOR, IRA - Medenine, Tunisie), et bénéficiant également du soutien de l'AUF et du CNRS-ISCC. Dans une volonté de rapprocher les sciences de l'information et de la communication (SIC) et les sciences économiques, ces travaux ouvrent des horizons de recherche inédits et induisent de nouveaux questionnements autour de notions telles que l'intelligence territoriale, le marketing territorial, la confiance entre acteurs du développement local, les perceptions et la valorisation de sites patrimoniaux ... La pluridisciplinarité au cœur de ce programme (SIC, sciences économiques, sciences de gestion et histoire) permet de sérier, dans une première partie, les questions liées à la communication territoriale rapportées aux différents patrimoines (architectural, culturel, géographique, historique, etc.) qui caractérisent les zones étudiées. La seconde partie traite de l'attractivité des territoires à travers le processus de patrimonialisation et interroge les enjeux liés au développement de formes touristiques alternatives à l'offre phare : le tourisme balnéaire.

Ont contribué à cet ouvrage: Hanane Abichou, Abdellatif Ait Heda, Sarra Belhassine, Mohamed Ali Ben Abed, Mouna El Gaied, Ikram Hachicha, Mohamed Haddad, Mohamed Jaouad, Habib Kazdaghli, Jean-Pierre Mathieu, Aissa Merah, Vincent Meyer, Pierre Morelli, Balkis Mzioudet-Faillon, Mongi Sghafer, Nozha Smati, Amor Tbib, Hayat Zérouali.

Article mis en ligne le 12 février 2013

0 | ... | 1700 | 1710 | 1720 | 1730 | 1740 | 1750 | 1760 | 1770 | 1780 | ... | 1830